Commencer ma recherche
we found 0 results
Your search results

Quels critères de confort dans un logement pour seniors?

Mis en ligne par Residence bien vivre le juin 13, 2022
| 0

Le vieillissement de la population est un fait. En 2050, les personnes âgées de plus de 65 ans représenteront 22 % de la population française contre 12 % aujourd’hui. Dans cette perspective, la question du maintien à domicile pour le grand âge apparaît comme une nécessité. La promotion ou la construction d’habitations doivent prendre en compte le confort des personnes âgées. De nombreuses associations se mobilisent sur ce sujet.

L’aménagement de logements dédiés aux seniors doit assurer un environnement adapté dans lequel les personnes âgées pourront vivre en autonomie le mieux possible et le plus longtemps possible.

Le développement des technologies et des produits innovants a été l’un des premiers leviers d’amélioration. Aujourd’hui l’enjeu est d’avoir des logements aux normes PMR qui sont le garant de l’accessibilité, associé à un accompagnement global de la personne ce qui passe par un care-management de qualité.

1. Les besoins du grand âge

Les besoins du grand âge en matière de confort sont  différents de ceux de la jeunesse. Il faut donc prévoir un logement adapté à ces besoins.

La bonne santé, la mobilité et le confort des personnes âgées exigent davantage de confort et de sécurité dans les logements. Leurs besoins sont d’autant plus importants que les personnes âgées ont tendance à rester à la maison. Elles ont par ailleurs un besoin de se sentir à l’aise dans leur environnement et leur intimité.

Pour être satisfaits de leur habitat, les seniors doivent pouvoir se déplacer avec facilité. Il est donc nécessaire d’aménager les lieux en fonction des déplacements et de la sécurité. Afin de prévenir les chutes. Des dispositifs tels que les chemins lumineux, la téléassistance, les ascenseurs..

2. Le logement adapté pour seniors

Il s’agit d’un logement adapté aux personnes âgées dont les besoins en confort, sécurité, facilité d’accès, santé et bien être doivent être résolus.

Les critères de confort dans le logement pour seniors sont définis par les partenaires sociaux et appliqués par les différents acteurs de la construction.

En France, la réglementation prévoit que les constructions soient adaptées aux personnes âgées. Moins de 6% des logements en France sont adaptés en norme PMR (personnes à mobilité réduite) .

Les critères médicaux et techniques applicables doivent être pris en compte lors de la conception, de la construction et de l’aménagement des nouveaux logements.

Les premiers critères médicaux ont été définis par les partenaires sociaux en 1983. Leur objectif était d’assurer un certain confort aux personnes âgées dans leurs logements.

Les partenaires sociaux ont souhaité que les critères de confort dans le logement soient définis avec l’ensemble des acteurs du secteur du bâtiment. L’ENAH (l’Etablissement national d’aide à l’hébergement des personnes âgées dépendantes) a coordonné la mise en œuvre de cette démarche.

Les critères de confort dans le logement pour seniors sont maintenant appliqués par les différents acteurs de la construction.

Les partenaires sociaux ont souhaité que les critères de confort dans le logement pour seniors soient améliorés. C’est dans ce cadre qu’ils ont défini les critères médicaux et techniques à prendre en compte lors de la conception, la construction et l’aménagement des nouveaux logements. Ces critères concernent en particulier la prévention du risque incendie et l’accessibilité.

L’aménagement intérieur permet également un confort adapté au vieillissement. La consommation d’espace devient un problème. L’espace disponible est de moins en moins suffisant. Pour pallier ce problème, les architectes et les ingénieurs ont mis au point des systèmes d’aménagement intérieur. Par exemple, la réduction de la hauteur des meubles permet d’augmenter les surfaces libres. De même, l’utilisation de revêtements épais permet de gagner de l’espace.

L’aménagement intérieur n’est pas seulement une question d’optimisation des surfaces ou de confort, mais doit également permettre aux personnes âgées d’avoir une vie sociale. Pour cela, il faut s’adapter au fait que les personnes âgées perdent progressivement leur autonomie. Un aménagement intérieur qui aide à se déplacer, à entretenir son intérieur et à vivre en harmonie avec ses voisins est alors nécessaire. L’aménagement intérieur d’un habitat pour personnes âgées doit être adapté à la perte progressive d’autonomie.

L’aménagement intérieur, une question de confort

L’aménagement intérieur et le choix des matériaux doivent permettre d’optimiser l’espace, tout en gardant une ambiance agréable. Pour être satisfait de son habitat, il faut pouvoir se sentir chez soi. Pour cela, il est important de prendre en compte les goûts et les préférences de chacun. L’architecture intérieure d’une résidence doit donc être adaptée aux habitudes des résidents. En effet, chacun possède sa propre vision de la décoration et d’un espace.

L’aménagement intérieur est une question de confort et d’optimisation  de l’espace. Pour en profiter au mieux et pour que les personnes âgées se sentent à leur aise, il est important de s’adapter à leurs besoins et à leurs habitudes. Le fait d’avoir son chez-soi, de pouvoir vivre confortablement et en toute indépendance est un véritable bien-être.

3. Les aides pour un maintien à domicile

Les personnes âgées sont des consommateurs aux besoins spécifiques. Elles ont des problèmes d’accessibilité liés à la perte d’autonomie et de mobilité, à un handicap physique ou sensoriel. Ces personnes âgées sont souvent mal informées des aides financières dont elles peuvent bénéficier.

Il faut savoir que dans chaque département, une association de l’action sociale de la personne âgée « A.S.A.P.A » se charge de délivrer les aides pour la mise en œuvre des travaux d’accessibilité afin de faciliter l’accès des personnes âgées à leur domicile.

Cette association vous informera sur les aides qui vous sont proposées et vous mettra en contact avec une entreprise spécialisée dans les travaux d’accessibilité.

Les personnes ont la possibilité de faire établir un devis par l’entreprise qui vous sera présentée.

Les subventions sont accordées à titre individuel afin de développer l’accessibilité des personnes à mobilité réduite dans leurs logements.

Les travaux de rénovation énergétique, d’accessibilité sont éligibles à l’aide de l’Etat sous conditions de ressources et de la même manière que les travaux d’aménagement intérieur.

Les personnes peuvent bénéficier d’une aide au financement des travaux de réhabilitation thermique et énergétique de votre logement si vous demandez une attribution de logement social et/ou si vous êtes locataire.

4. Changer de logement au grand âge

Pour faire face à l’entretien de plus en plus difficile de leur domicile, suite au départ des enfants de la maison familiale, à la perte du conjoint ou de de la conjointe, certaines personnes âgées se tournent vers d’autres alternatives. Les résidences services seniors semblent répondre à leur besoin.

La loi ASV de 2016 sur le vieillissement prévoit ainsi de développer l’offre d’habitat intermédiaire ou regroupé, adapté aux besoins des personnes âgées. Le texte s’attache prioritairement aux logements foyers. Ces structures, qui relèvent du secteur médico-social, représentent une alternative aux maisons de retraite médicalisées et s’adressent à des personnes relativement autonomes.

Les résidences Bien Vivre sont une réponse crédible pour les seniors afin de maintenir leur qualité de vie dans un cadre convivial. Ces résidences services seniors sont une alternative à la maison de retraite. Les personnes âgées peuvent y vivre leur propre vie en toute autonomie dans le respect de leur rythme de vie et de leur intimité.

La taille humaine (25 logements maximum), l’accompagnement global qui y est administré sont appréciés des résidents et de leurs proches. 

5. Les aides à la personne

L’aide à domicile est destinée aux personnes âgées qui vivent seules, ayant besoin d’une aide ponctuelle ou régulière pour des actes quotidiens (se lever, se laver, se nourrir , etc.).

Cette aide peut être financée dans le cadre de la perte d’autonomie sous condition de revenus et de niveau de dépendance. A ces fins, Résidences Bien Vivre à des partenariats avec des structures d’aides en place sur ces lieux d’implantations, de plus elles sont autorisées à répondre à ces besoins. 

L’aide à domicile, qui peut être proposée par le service de soins infirmiers à domicile (SSIAD), est souvent prévue en fin de vie, tout comme l’hospitalisation à domicile (HAD).

Les appartements proposés par Résidences Bien Vivre permettent de répondre à ce type d‘accompagnement.

Compare Listings